The Sundays : reading, writing and arithmetic

Cette semaine, on célébrait l’anniversaire de sortie de l’album, il y a 31 ans, le 15 janvier 1990… L’occasion de parler un peu de cet album important pour moi.

J’aurais pu écrire quasi mot pour mot ce texte, en dehors du fait que j’ai découvert ce groupe merveilleux dès le premier single, Can’t be sure, en 89… était-ce par l’intermédiaire de Bernard Lenoir, notre[1] prescripteur de musique pas comme les autres pendant des années sur France Inter ? Toujours est-il qu’il les accueillera pour une superbe Black Session en décembre 92, que j’enregistrerai comme beaucoup d’aficionados et écouterai plus que de raison. J’aurai aussi la chance de les voir une fois en concert à Lyon en 93, ça reste un de mes plus beaux souvenirs…

On a rarement connu une telle intensité sur une pop aussi simple, faussement simple. Tout repose sur le génie mélodique de David Gavurin et sur la voix fabuleuse et les textes étonnants de Harriet Wheeler. Tient-on là l’album Pop parfait ? Presque… presque…

Ed Wood

The Sundays, janv. 2021
The Sundays

J’use la K7 de ce 1er album[2] à la pochette minérale dans mon walkman durant mes trajets quotidiens de car pour le lycée, je suis totalement amoureux de cette musique (et d’une fille, forcément à 17 ans), obsédé par la voix d’Harriet, et même si je ne comprends pas tout - les textes ne figurent pas dans la pochette, et internet n’est pas encore là pour tout découvrir - l’intensité du chant me frappe et m’accompagne tout le temps, ses mots chantent dans ma tête.

Et à chaque fois que j’écoute cet album, j’ai toujours les larmes qui montent aux yeux. Et je fais en sorte de ne rien faire d’autre que l’écouter, pour m’imprégner des sentiments qui m’envahissent, comme une vague d’émotions qui renverse tout.

Notes

[1] Je dis notre, car c’est une influence majeure et toujours présente dans le milieu musical indépendant français…

[2] Je l’use tellement qu’au moment de rechercher ladite cassette pour l’illustration de ce billet, je ne la retrouve plus, sniff…

Cloudification

"Dans le nuage", nov. 2020

Je vous contais il y a pas loin d’un an mon déménagement d’hébergeur suite à un rachat et une baisse de la qualité de service. Le nouvel hébergeur utilise CPanel (outil de gestion d’hébergement, pour faire court), et Softaculous, qui permet d’installer tout un tas d’applications de façon simplifiée,  […]

Lire la suite

Message à caractère important

J’aurais pu écrire - moins bien - un texte qui reprend exactement mes préoccupations et réflexions du moment. Mais vu qu’Ariane Mnouchkine l’a fait, laissons lui la parole. Ministres, n’êtes-vous donc pas prêts ? Et votre chef ? Au bout d’un an de ratages, d’appauvrissement, de pertes,  […]

Lire la suite

Pause involontaire des programmes

Houx - Bibracte, déc. 2020

J’avais prévu - mais pas anticipé, grave erreur - un billet bilan (& perspectives, ahah) en ce début d’année, et certainement un autre pour balancer du fiel[1] mais une saloperie de bactérie a préféré me dire : “Ola toi ! Tu te relâches en cette fin d’année, je vais en profiter pour t’attaquer,  […]

Lire la suite

Haut de page