Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - noir cest noir

Fil des billets - Fil des commentaires

7 décembre 2015

Dubitatif

Je ne le suis pas. Je ne suis pas surpris non plus, hélas.

J’aurais bien envie de développer un peu mais je n’ai pas le temps. Un jour peut-être.

16 novembre 2015

Irrésistible

Une irrésistible envie de crier, pour couvrir les semeurs de troubles, les alimenteurs de peur, les grandes gueules / petites b****.

La classe politique me sort par les yeux. De quoi vous dégoûter à tout jamais de voter.

27 juillet 2015

Amour

Il en faut beaucoup pour arriver à résister/survivre dans ce monde de tarés.

(Et beaucoup de musique aussi.)


Découvrir d’autres alphabétiques.

7 juillet 2015

6 mois

Cela fait 6 mois aujourd’hui.

Le texte que j’arborais les jours suivants, dans la rue :

Générosité, tolérance, démocratie

On peut constater avec désolation que nous n’avons fait que nous éloigner des intentions citées.

5 mai 2015

Valise

Ok, donc voilà, l’assemblée nationale a voté à une large majorité la loi sur le renseignement.

Les hébergeurs qui menaçaient de faire leurs valises vers l’étranger vont-ils s’exécuter ? En tout cas, certains de leurs clients ont d’ores et déjà annoncé leur intention de se faire héberger ailleurs.

Je n’ai plus de mot. À part certains envers nos “représentants” que je ne dirai pas ici. Mais quand j’en croiserai, ils m’entendront.

26 mars 2015

Hebdo

Comme le dit si bien le Gorafi : Les Français demandent au moins une semaine sans drame.

Code électoral Oui, au moins, ce serait bien, c’est usant. Ça n’arrange pas le moral déjà plombé depuis le début de l’année par tellement de choses qui en engendrent d’autres : le super projet de loi sur le renseignement, par exemple, ou encore une belle progression du vote FN, ces bulletins dont la vue et le toucher[1] me rendent sale.

Et sinon ce matin, j’ai reçu un courrier pour l’inscription de mon activité sur un annuaire pro sur le web pour 109 € par mois[2]. Avec un papier à retourner signé pour accord, tout ça. AHAHAHAHAH.

Notes

[1] Quand on participe au dépouillement post-vote.

[2] À quand le même tarif en hebdo ? Plus c’est gros plus ça passe.

16 février 2015

Un siècle après

Un siècle après, voire un peu moins, l’histoire tourne en boucle et nous propulse à nouveau dans une période troublée dont on ne voit clairement pas l’issue, ni l’ombre d’un commencement de remise en question de ce qui nous a amené là et qui entretient la bête : l’individualisme forcené, le chacun pour soi, la consommation en roi absolu, le règne sans partage de la finance… qui développent les inégalités, le repli identitaire et nationaliste, la haine de l’autre.

Vendredi dernier, j’ai participé à une lecture musicale semi-improvisée avec Priscille et Cédric qui disait un extrait de “1984” de George Orwell. Un extrait évidemment fort approprié car reflétant clairement là vers quoi on se dirige à grands pas.

Lecture musicale - 1984 (extraits)

Ne pas avoir peur, lutter contre, se mobiliser, avant qu’il ne soit trop tard, en espérant que ce n’est pas déjà le cas.

12 janvier 2015

Le temps ne fait rien à l'affaire

Quand on est con, on est con.

On dit “chacun est le con d’un autre”, mais certains dépassent largement les bornes admises, je dirais même plus : “si la connerie se mesurait, ils serviraient de mètre étalon”.

Je vous laisse retrouver les citations, pour l’heure une grosse fatigue m’assaille.

9 janvier 2015

La ronde des jurons

Plutôt que des jurons, ce qui revient le plus ces jours-ci sont les superlatifs de sidération. Même si certains des auteurs que nous pleurons n’étaient sans doute pas les derniers à en proférer.

Plutôt que de dire “Je suis Charlie”, d’un unanimisme qui me laisse perplexe, et qui exclut de facto toutes les autres victimes de cette tragédie, je préfère mettre en avant cette citation, qui me semble grandement adaptée à la situation.

Puisse-t-elle inspirer le plus de monde possible.

Générosité, tolérance, démocratie Je ne sais pas qui a mis cette citation en forme, mais je le/la remercie.

7 janvier 2015

Charlie Hebdo

Ils m’ont fait rire longtemps, puis plus trop, puis plus du tout. Mais ils étaient indispensables à l’idée qu’on se fait de la liberté d’expression. Leur seule arme était les mots, les dessins.

Ne surtout pas laisser le champ libre aux nauséabonds qui vomissent leur haine et font vomir de dégoût. Occuper le terrain, au sens propre, et aussi par les mots, les mots ont un sens. Ne pas laisser la peur, la haine, la surveillance (qui n’empêche rien) gagner.

- page 1 de 3