Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - grosse fatigue

Fil des billets - Fil des commentaires

27 mars 2018

S'adapter ou…

Une petite revue de web réjouissante où l’on s’aperçoit que certains sujets prennent, à juste titre de plus en plus d’importance : ça n’est pas un scoop, mais c’est très largement démontré, la terre va mal, et si on ne change pas radicalement maintenant notre façon de consommer et de faire[1], d’ici quelques dizaines d’années, le monde tel qu’on le connait ne sera qu’un vieux souvenir et l’on pourra affirmer sans problème que “c’était mieux avant”.

Certains s’y préparent, avec les 2 faces, d’un côté l’individualisme, l’auto-défense, et la survie en milieu hostile façon commando, et l’autre misant sur le fonctionnement en réseau, le partage…

Et au-dessus de tout ça règne la médiocratie, ou la médiocrité au pouvoir telle qu’on s’en aperçoit depuis déjà un bon paquet d’années, avec des dirigeants devenant simples gestionnaires et ne raisonnant plus qu’en chiffre, rendement, efficacité, mettant la gouvernance (façon entreprise) au centre des pratiques et obéissant à la seule loi du marché.

Sinon, ça va vous ?

Note

[1] Autant dire qu’il y a peu de chance que ça arrive…

22 octobre 2017

Toujours pas…

J’étais fin prêt, bien remonté grâce au dégoût suscité par les derniers rebondissements, à enfin cracher ce billet sur la vie, (comment on détruit) la terre, le monde impitoyable de la musique. Et puis non.

Toujours pas. Trop de choses à faire. Et le manque d’envie, la lassitude de devoir composer avec mon blog au thème sombre et vieillissant mais que je n’ai pas pris le temps de remplacer par un autre… Du coup, j’ai passé du temps à chercher un thème déjà fait qui collerait suffisamment à ce dont j’avais envie, mais rien ne correspondait. Et c’était le soir et j’étais encore exténué, à force de nuits courtes et agitées.

Oh je sais ce que vous pourriez me dire : le thème n’est qu’un prétexte. C’est un fait. Il y a sans doute plein d’autres raisons qui me pousse à ne pas.

J’essaie de desserrer les dents et je reviens.

29 mai 2017

Quit ?

Grosse interrogation ces jours-ci sur une envie devenant de plus en plus présente (voire pressante) de fermer mes comptes sur les réseaux sociaux[1]. Ça va peut-être changer, mais pour le moment je sens une sorte de grosse lassitude pour ces outils parfois utiles (veille techno), souvent futiles voire néfastes, surtout en ces temps troublés & partisans où tout le monde crie et personne ne s’écoute (en gros).

Ça ira peut-être mieux demain, mais ça n’est pas sûr.

Note

[1] Voire de réduire ma présence sur ce blog et ailleurs sur les internets.

12 mars 2017

Que reste-t'il ?

Maintenant que c’est plié pour le candidat EELV qui a négocié, outre des promesses qui n’ont déjà pas été tenues à la mandature qui s’achève[1], des places au chaud pour les législatives pour un certain nombre de candidats de son parti (mais quel est-il encore, ce parti, démantibulé par des carriéristes aux dents longues… ?), qui reste-t-il ? Déjà que j’étais moyennement emballé par sa candidature, et les divers reniements de ses collègues entrés au gouvernement puis sortis, ravalant leur honte et mangeant leurs chapeaux… non, sérieusement.

J’avais l’espoir d’une candidature citoyenne, mais il faut bien se rendre à l’évidence que sauf miracle, il sera très difficile pour Charlotte Marchandise de réussir à réunir les 500 signatures nécessaires… D’après ce qu’on peut lire ici, il y a des raisons assez logiques (mais que je trouve pour ma part lamentables) à ce que ce recueil soit si difficile.

Puisque les noms des signataires sont rendus publics, les maires craignent soit des sanctions de leurs électeurs lors des prochaines élections municipales, soit des pressions de la part des grands partis qui détiennent souvent le pouvoir exécutif dans les régions ou dans les départements. Un chantage peut donc être fait : si un maire accorde un parrainage à un petit candidat, on peut en représailles lui retirer les subventions.

J’ai le dégoût très profond pour la politique de mon pays.

Note

[1] Du coup pourquoi le seraient-elles cette fois-ci, hein ?

18 octobre 2016

Le prix des indés*

*Sous-titré : Vous nous prendriez pas un peu pour des cons, des fois ?

Je voulais écrire un petit billet rageur et désabusé suite à l’écoute partielle[1] d’une émission sur (f)Rance Inter[2] qui retransmettait en différé avec moults interventions toutes plus merveilleuses les unes que les autres un machin nommé : “Prix des Indés”. Là, tu te dis que ça peut être sympa ce truc, du coup tu fais une recherche, tu t’aperçois que c’est toujours les mêmes artistes qui sont sur-représentés, sur-médiatisés (notamment sur la radio pré-citée)…

Arrive ensuite l’article qui pose tout là, comme la bonne grosse supercherie qu’est cette “cérémonie”, une bonne grosse bouse nauséabonde d’auto-congratulation / auto-promotion de gros labels qui engrangent des millions avec des artistes pas du tout à la marge (Justice, Daft Punk, Metronomy, Manu Chao…).

Tout le monde a salué le Prix du meilleur Album décerné à Jeanne Added (Naïve), le prix de l’album révélation décerné à Radio Elvis (PIAS), le prix du meilleur Vidéoclip à Odezenne (Tôt ou Tard), le prix du meilleur album à l’export à Christine & the Queens (Because), le meilleur petit label à Ed Banger (edité par Because). Même dans l’industrie de la charcuterie on prend plus de pincettes avant de se décerner des prix à soi même.

Voilà, voilà.

Pendant ce temps, les autres labels indés[3] continuent contre vents et marées de sortir des disques d’artistes précieux et indispensables. Merci à eux.

Notes

[1] Pour ma santé mentale, j’ai préféré couper court…

[2] Et là on se demande pourquoi j’écoute encore cette chaîne.

[3] Donc pas ceux qui se voient majors à la place des majors…

24 décembre 2015

Utopie

Les utopies sont joliment mortes et enterrées.

Si toutefois il restait un brin d’espoir quant à l’évolution de nos sociétés (on ne sait jamais, hein…), l’année 2015 a permis d’y voir plus clair… enfin, plus sombre, du coup. La pilule est plus amère que jamais.

Et bon Noël.

30 novembre 2015

C'est un peu court

Ainsi donc, le plus grand acte de résistance à l’agression terroriste serait de prendre un verre en terrasse, d’aller voir des concerts ?

Je suis ces jours-ci dans une attitude d’attirance / répulsion :

  • attirance vers de nombreux articles éclairant sous divers angles ce qui s’est passé ce 13 novembre, pourquoi, comment, les conséquences, les suites données…
  • répulsion pour tenter de me préserver face à tant de signaux négatifs et de lectures qui bien que très enrichissantes, sont fortement anxiogènes.

Sinon, Woodstock ? Une période que je n’ai pas vécu où - du moins je crois - on avait encore des idéaux, des envies de paix, une période où la conscience politique de chacun n’était pas encore complètement anéantie par la peur, l’individualisme forcené et la surconsommation, vilain palliatif d’une absence totale de repère, de direction voire d’utopie.


Découvrir d’autres alphabétiques.

16 novembre 2015

Irrésistible

Une irrésistible envie de crier, pour couvrir les semeurs de troubles, les alimenteurs de peur, les grandes gueules / petites b****.

La classe politique me sort par les yeux. De quoi vous dégoûter à tout jamais de voter.

27 juillet 2015

Amour

Il en faut beaucoup pour arriver à résister/survivre dans ce monde de tarés.

(Et beaucoup de musique aussi.)


Découvrir d’autres alphabétiques.

7 juillet 2015

Ze famous loi des séries

Lundi maudit. C’est à peu près le fil conducteur du mois qui vient de s’écouler.

Lire la suite...

- page 1 de 3