Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

12 mars 2017

Que reste-t'il ?

Maintenant que c’est plié pour le candidat EELV qui a négocié, outre des promesses qui n’ont déjà pas été tenues à la mandature qui s’achève[1], des places au chaud pour les législatives pour un certain nombre de candidats de son parti (mais quel est-il encore, ce parti, démantibulé par des carriéristes aux dents longues… ?), qui reste-t-il ? Déjà que j’étais moyennement emballé par sa candidature, et les divers reniements de ses collègues entrés au gouvernement puis sortis, ravalant leur honte et mangeant leurs chapeaux… non, sérieusement.

J’avais l’espoir d’une candidature citoyenne, mais il faut bien se rendre à l’évidence que sauf miracle, il sera très difficile pour Charlotte Marchandise de réussir à réunir les 500 signatures nécessaires… D’après ce qu’on peut lire ici, il y a des raisons assez logiques (mais que je trouve pour ma part lamentables) à ce que ce recueil soit si difficile.

Puisque les noms des signataires sont rendus publics, les maires craignent soit des sanctions de leurs électeurs lors des prochaines élections municipales, soit des pressions de la part des grands partis qui détiennent souvent le pouvoir exécutif dans les régions ou dans les départements. Un chantage peut donc être fait : si un maire accorde un parrainage à un petit candidat, on peut en représailles lui retirer les subventions.

J’ai le dégoût très profond pour la politique de mon pays.

Note

[1] Du coup pourquoi le seraient-elles cette fois-ci, hein ?

1 mars 2017

Grève

Comment peut-il arriver qu’il se rencontre quelque part, même dans le fond des landes perdues de la Bretagne, même dans les inaccessibles cavernes des Cévennes et des Pyrénées, un bonhomme assez stupide, assez déraisonnable, assez aveugle à ce qui se voit, assez sourd à ce qui se dit, pour voter bleu, blanc ou rouge, sans que rien l’y oblige, sans qu’on le paye ou sans qu’on le soûle ?

La grève des électeurs

Qu’est-ce qu’il espère ? Car enfin, pour consentir à se donner des maîtres avides qui le grugent et qui l’assomment, il faut qu’il se dise et qu’il espère quelque chose d’extraordinaire que nous ne soupçonnons pas.

La grève des électeurs, Octave Mirbeau, 28 novembre 1888.

30 janvier 2017

Alors, cette présidentielle (mégalol) ?

On a beau essayer de tenir le cap en prolongeant au-delà de l’année initialement programmée les bonheurs du jour, il faut bien avouer que tout ce qui se passe actuellement n’est pas réjouissant.

Ces derniers temps, j’ai très peu parlé politique - contrairement aux débuts de ce blog où c’était un des sujets principaux - entre autre à cause de mon affliction à l’égard de la plupart de celles et ceux qui la font, au niveau national tout du moins. Affliction due aux prises de positions toutes les plus nauséabondes les unes que les autres, à la course à l’échalote du “moi! moi! moi!” de la présidentielle où l’on rigole jaune, ou pas du tout.

Lire la suite...

7 décembre 2015

Dubitatif

Je ne le suis pas. Je ne suis pas surpris non plus, hélas.

J’aurais bien envie de développer un peu mais je n’ai pas le temps. Un jour peut-être.

13 avril 2015

Yankee ou zéro ?

Alors les députés, tranquilles dans vos bottes ? On veut jouer les yankees avec une loi encore pire que le Patriot Act ? Si vous votez cette loi, vous ne serez finalement que des zéros, des nuls, indignes de représenter quiconque, et surtout pas moi.

Vous signerez l’arrêt de mort de l’idée même de démocratie :

  • il faut savoir écouter les très nombreuses voix (et pas que des associations libristes) qui s’élèvent contre cette loi et surtout certaines dispositions liberticide au plus haut point (les fameuses boîtes noires qui interceptent tout le trafic internet, sans réel contrôle)
  • vous n’entendez pas même l’argument économique qui fait dire aux acteurs majeurs de l’hébergement, un des rares secteurs en pleine expansion en France qu’ils vont délocaliser si cette loi passe
  • comment faire encore confiance - si tant est qu’on ait pu un jour avoir confiance en des gens qui sont à ce point déconnectés des électeurs/citoyens - à des députés qui organisent volontairement la surveillance globale de toute sa population ?

J’ai choisi : les députés ZÉROS.

13 mars 2015

Du vrac, un peu énervé.

Quoi ? Vous avez eu peur que j’arrête ? C’est bien mal me connaître, je suis opiniâtre, enfin parfois. Donc voici le billet irrégulotidien de retour.

Lire la suite...

17 août 2013

Quelle idée !

À peine avais-je allumé la radio ce matin que j'ai reconnu le punais[1] de l'affaire politique qui fait des vaguelettes et n’intéressent que les journalistes en manque d'info. L'inventaire[2], ils feraient mieux de le faire dans les idées nouvelles qu'ils pourraient avoir, ça ressemble pour l'instant à du néant ultralibéral de merde.

Quelle idée d'allumer la radio si tôt ce matin, aussi.

Notes

[1] Qui sent mauvais. Qui rend par le nez une odeur infecte

[2] Oui, cette non-affaire

3 juillet 2013

Encore une fois, la honte.

Je me demande quels sont ceux qui sont les plus à honnir[1] : les qui n'assument rien, qui s'assoient sur les fondements de notre république en refusant le survol de l'espace aérien d'un Snowden[2], qui ne l'accueillent au contraire pas à bras ouverts, ceux qui stigmatisent, qui expulsent, attisent les haines de toute sorte (etc., la liste est longue), qui ne se rendent pas compte que leur attitude de cumulards indéboulonnables discrédite la classe politique ? Il y aurait tant à dire sur ce qu'ils n'essaient pas, sur leur lâchetés.


En savoir plus sur les Obsolètes à prise rapide.

Notes

[1] Couvrir publiquement de honte

[2] Lire à ce sujet l'article de bluetouff

13 septembre 2010

Un pays

S'il n'y avait qu'un billet à lire ces jours-ci, c'est bien celui-là : j'habite un pays - Quelques jours en Sarkozie. J'y suis à 100%.

Rien à dire par contre sur la queue basse des syndicats. Je les méprise. (et d'ailleurs...)

9 juillet 2010

Panique à bord

Nan décidément c'est dur de faire plus con que l'UMP ces temps-ci... j'arrive pas à imaginer comment en quelques années (un peu avant l'arrivée de son petit chef au pouvoir) les mentalités les langues le manque d'idée de cette droite dite décomplexée[1] ne se sont autant lâchés jusqu'à la défense actuelle de l'animal traqué qu'est Woerth et par-delà Sarkozy et les restes de linge sale de la garde-robe UMP qu'on croyait plus soignée. La grande hypocrisie de la dénégation d'un financement illégal de campagne, et les contre-attaques en-dessous de la ceinture envers une presse qui reste indépendante et fait son travail sont autant de signes de la panique à bord, et de la véracité des faits... c'est du moins mon intime conviction, comme on dit.

On pourra aisément rapprocher la volonté de museler une certaine presse de la reprise en main de France Inter qui voit non seulement ses 2 humoristes phares se faire lourder comme des malpropres, mais aussi la suppression de nombre de ses émissions dont Et pourtant elle tourne qui pour moi était une des toutes meilleures. Mais bon il semble bien que Val ait décidé de saborder le navire... ça faisait quand même un moment qu'il sentait mauvais aussi, lui dans ses prises de position et son moralisme bien pensant.

Et pendant ce temps, on ne parle pas des réductions de budget partout pour économiser sur le dos du (bas) peuple[2]...

Notes

[1] ça signifie dire/faire tout et surtout n'importe quoi et ne pas en avoir honte ?

[2] terme volontairement employé ici

- page 1 de 3