Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

21 septembre 2018

Talk Talk et moi

Il était une fois un tube des années 80. Issu d’une famille où l’on écoute surtout du classique, de la chanson de qualité (Brel, Brassens…), je m’éveille à la musique “pop” et découvre puis m’intéresse, au milieu de tubes calibrés, à ce groupe au nom répétitif étrange, Talk Talk, et à ce morceau parfait : Such a shame. L’écoute de l’album révèle des pépites, et on est en fait bien loin des productions d’alors, avec une richesse mélodique, harmonique et émotionnelle. Bien qu’ancré dans son époque pour certains sons (les claviers surtout), on s’aperçoit que “Such a shame” et “It’s my life”, les 2 singles, sont d’heureux accidents qui permettent au groupe une reconnaissance méritée.

L’album suivant, The Colour of spring, bien que contenant 1 ou 2 tubes semble-t-il ajoutés sur pression de la maison de disques, explore des territoires s’éloignant allègrement des formats pop… et rencontre étonnamment un grand succès.

Talk Talk - Spirit of Eden

Je me souviens encore du moment et du magasin où ma mère m’a acheté Spirit of Eden (en cassette à l’époque) dont on fête ces jours-ci les 30 ans. Et ma surprise, rapidement suivie d’ébahissement à l’écoute de ce qui allait devenir une référence pour tout une ribambelle de musiciens[1]… Bien sûr à 15 ans, je ne réalise pas vraiment tout ça, juste que cette musique aux silences éloquents, aux constructions étirées, aux envolées toutes en maîtrise me parle. Mais c’est sans doute trop tôt pour moi de me rendre compte de son importance qui se révèlera au fil des écoutes et des années.

Dans les milieux autorisés (chez Addict Culture par exemple), on fête donc allègrement le 30e anniversaire de ce disque devenu intemporel.

Note

[1] L’album suivant encore bien plus, car ce que Spirit of Eden a initié, Laughing Stock en creusera le sillon, et l’album solo de Mark Hollis, le chanteur, continuera dans cette veine du dépouillement ascétique et classique.

15 janvier 2018

Oh…

Avant les gros succès, les tubes un peu forcés[1], il y a eu un premier album qui avait encore une certaine innocence… des mélodies de voix magnifiques[2], des arrangements soignés, de belles chansons pop avec suffisamment de caractères pour sortir du lot. Bref, un beau disque. C’était en 1993, l’album s’intitulait “Everybody else is doing it, so why can’t we?”.
J’ai rapidement décroché après, la machine à tubes s’était mise en branle et l’innocence s’était perdue en route…

Je viens d’apprendre la mort de la chanteuse des Cranberries Dolores O’Riordan[3], à 46 ans, et ça fait un choc.

Edit du 18/01 : un article sur le Monde remet en perspective ses propos, et parle de son enfance…

Notes

[1] Qui ne connait pas le titre Zombie, succès planétaire de 1994 ?

[2] Certaines mauvaises langues diront qu’elles étaient largement inspirées de Cocteau Twins…

[3] Sur les réseaux, toujours prêt à ne rien respecter, surtout pas les morts à peine refroidis, on trouve toujours des gens qui ne font que rappeler qu’elle n’était pas hyper progressiste, plutôt ultra catho, anti avortement… OK. Peut-être qu’on peut avoir un poil de recul et ne pas tout mélanger tout le temps ?

27 février 2017

Aux âmes bien nées…

Des fois on se dit que certains sont tombés dedans quand ils étaient tout petits. Les 2 frère / sœur de Ropoporose sont de ceux-là. À peine 40 ans à eux 2, et du talent à revendre. On voyait circuler le nom depuis un moment, mais on n’avait pas eu l’occasion de les voir encore. La première fois c’est en octobre 2015. Et déjà tout est là, des mélodies, une énergie folle, de l’inventivité à la minute (parfois un peu trop même, la fougue, que voulez-vous !). Un an et demi et 3 concerts vu d’eux plus tard, on les a revu ce vendredi à Besançon, et ils ont gagné en maturité et profondeur, sans perdre l’énergie et la spontanéité des débuts.

Ropoporose @ Passagers du Zinc - Besançon

Ropoporose @ Passagers du Zinc - Besançon

Je vous conseille de jeter une oreille à leur tout nouvel album, une perle d’indie-rock.

6 février 2017

Tiercé gagnant

Jeudi : Ici c’est Brest, concert de 3 groupes rock bretons à la Péniche Cancale de Dijon, chouette soirée avec Djokovic, Slow Sliders & les excellents Bantam Lyons.

Vendredi : Brzowski + D-Faz au Coquillage (LE café concert du bassin minier), un mélange réjouissant de rap US et d’hip hop électro-rock from Saint-Étienne.

Samedi : direction Langres pour retrouver l’excellent Olivier Mellano avec son projet No Land : un bagad (des bombardes, des cornemuses, des percussions) et Brendan Perry (de Dead Can Dance, oui oui oui) pour une superbe pièce musicale de 40 minutes prônant l’utopie d’une terre sans frontière, sans pays.

Cette semaine encore, on a pris du plaisir en concert.

29 janvier 2017

Du bonheur en image et son

Ce vendredi nous sommes allés voir un concert… non en fait c’était un ciné-concert… non en fait c’était un objet musical et vidéo non identifié. Et on s’est pris un déferlement de bonheur sous forme de notes, d’images, de sons, tout ça en harmonie, avec des musiciens joueurs au sens premier du terme, qui s’amusent comme des petits fous, d’une virtuosité qui n’a d’égal que la bonne humeur qu’ils communiquent. Cet artiste, c’est donc l’excellent Chassol et je ne peux que vous recommander d’aller le voir s’il passe près de chez vous !

Concert Chassol @ La Rodia

7 janvier 2017

Shannon…

Il y a quelques jours ont émergé plusieurs vidéos datant de 2004, d’autres continuent d’apparaître sur le compte de l’utilisateur Vimeo No More Return, elles semblent avoir en majorité été tournées lors de différentes éditions de l’excellent festival “Les Femmes s’en mêlent”.

En 2004 donc, je me rends à Paris pour une soirée de ce festival, pour un plateau qui s’avèrera exceptionnel : la pétillante Dawn Landes en solo que je découvre alors, le collectif danois Under Byen qui me met une énorme claque, et Shannon Wright, que je vois pour la première fois (mais pas la dernière…). Là aussi, grosse sensation, en duo avec la batteuse qui a joué sur son dernier album, c’est d’une rare intensité.

Malgré le son manquant singulièrement de graves, la vidéo ci-dessous donne une idée assez précise de ce que peut donner Shannon Wright en concert.

Shannon Wright 30/04/04 Paris, Café de la Danse from NO MORE RETURN on Vimeo.

4 janvier 2017

Bilan musical 2016

Suuns - Hold/Still

Cette année, contrairement à d’autres où j’avais laissé passer le temps et n’avais rien rédigé, j’ai pris le temps de faire un petit bilan musical de l’année 2016. Il se trouve qu’il a été publié sur À Découvrir Absolument, où j’écris parfois notamment des chroniques de concerts…

Je vous laisse découvrir tout ça. Et s’il y a des artistes que vous ne connaissez pas, vous pouvez en discuter dans les commentaires ici, c’est fait pour ça.

20 novembre 2016

3 lettres

Il s’est passé beaucoup beaucoup de choses très chouettes depuis le dernier billet, j’aurais pu faire un billet par jour, mais comme je n’arrive décidément pas à me contraindre à la publication quotidienne, c’est plutôt quand j’y pense[1].

Donc, hier, nous avons assisté à un très beau concert de TvB. Et ça fait du bien.

TvB @ Le Guingois / 109 - Montluçon

Note

[1] Ceci dit, rien ne dit que je ne vais pas rattraper tout ça en publiant des billets antidatés…

20 septembre 2016

Découverte

Découvert le compositeur Henri Cowell… juste WOW ! J’adore.

Hélas rien à la médiathèque de la ville d’à côté.

21 juillet 2016

Reportage

Slam durant le concert de Metz @ Tinals 2016

Je vous parlais il y a peu de notre virée à Nîmes pour assister à un festival, et bien voici les compte-rendus du Tinals pour À Découvrir Absolument :

Vous pouvez également aller jeter un œil à la galerie photo que j’ai publiée sur mon compte Flickr.


D’autres Bonheurs du jour. Sur une (brillante) idée de Kozlika.

- page 1 de 6