Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - souvenir

Fil des billets - Fil des commentaires

15 janvier 2018

Oh…

Avant les gros succès, les tubes un peu forcés[1], il y a eu un premier album qui avait encore une certaine innocence… des mélodies de voix magnifiques[2], des arrangements soignés, de belles chansons pop avec suffisamment de caractères pour sortir du lot. Bref, un beau disque. C’était en 1993, l’album s’intitulait “Everybody else is doing it, so why can’t we?”.
J’ai rapidement décroché après, la machine à tubes s’était mise en branle et l’innocence s’était perdue en route…

Je viens d’apprendre la mort de la chanteuse des Cranberries Dolores O’Riordan[3], à 46 ans, et ça fait un choc.

Edit du 18/01 : un article sur le Monde remet en perspective ses propos, et parle de son enfance…

Notes

[1] Qui ne connait pas le titre Zombie, succès planétaire de 1994 ?

[2] Certaines mauvaises langues diront qu’elles étaient largement inspirées de Cocteau Twins…

[3] Sur les réseaux, toujours prêt à ne rien respecter, surtout pas les morts à peine refroidis, on trouve toujours des gens qui ne font que rappeler qu’elle n’était pas hyper progressiste, plutôt ultra catho, anti avortement… OK. Peut-être qu’on peut avoir un poil de recul et ne pas tout mélanger tout le temps ?

9 août 2017

À la poursuite de la lumière

C’est alors qu’il parcourait les routes étroites autour de son lieu de vie tout juste retrouvé à la recherche d’un rayon de soleil couchant, de belles lueurs sur les nuages environnants, lumières qu’il ne trouva pas, qu’il se rendit compte à la fois du manque soudain qui le saisissait et de sa quête complètement vaine de retrouver ici ce qui lui plaisait tant là-bas.

Coucher de soleil à St Malo

Pourtant, le chemin du retour n’avait pas provoqué grand émoi et tristesse infinie comme de coutume. Bien sûr, les pauses dans les aires d’autoroute toutes en travaux (et donc inconfortables, impraticables, pleines, parfois nauséabondes) l’avait rempli d’un énervement habituel et pour tout dire convenu. Mais bon an mal an, il n’accusait pas le coup. Il faisait le dos rond et se concentrait sur la route.
Dès le matin, il avait tracé, étrangement sans penser une seconde à aller voir l’océan à quelques encablures de là… pourquoi, personne ne le savait, surtout pas lui.

Quoi qu’il en soit, ce soir, il éprouvait une nostalgie immédiate et sans recours.

7 juillet 2015

6 mois

Cela fait 6 mois aujourd’hui.

Le texte que j’arborais les jours suivants, dans la rue :

Générosité, tolérance, démocratie

On peut constater avec désolation que nous n’avons fait que nous éloigner des intentions citées.

18 mars 2015

V, W, X, Y, Z

Dans un répertoire papier, vous savez, le truc que plus personne n’utilise pour noter les numéros de téléphone, souvent, ces lettres v w x y z se trouvent bien sagement regroupées dans une ou deux pages, la probabilité pour qu’un M. Xanthome, Yakuza ou Mme Walkyrie existent étant bien maigre ; qu’ils aient de nombreux autres voisins aux mêmes initiales semble tout aussi improbable. Bref.

J’attends avec une certaine impatience vendredi matin, il va falloir que je m’équipe, ou que je fabrique un sténopé[1] pour regarder cette éclipse de soleil, encore loin du zénith… et d’ailleurs, comme la maison est dans un vallon, le soleil n’arrivera que vers 9h, l’éclipse aura déjà débuté.

Ça me rappelle la précédente, qui elle était totale à certains endroits en France, et du coup on avait fait le déplacement en Champagne, et on s’était posé en pleine nuit au milieu d’un champ, tels des vagabonds… c’était assez flippant d’ailleurs, les bruits la nuit, des animaux, du vent, des engins agricoles.
Mais ça valait méchamment le coup, les nuages avaient été suffisamment urbains pour se déchirer au moment venu. Espérons qu’il en sera de même cette fois, sans nuage, de préférence.

Note

[1] Des bons conseils par ici.

1 janvier 2015

Il suffit de passer le pont

…Une sorte de pont qui bascule une date fixée arbitrairement, un jour, et qui est censé nous donner une contenance et nous autorise à souhaiter le meilleur tout en se préparant au pire. C’est aussi désarmant qu’étrange, mais il semble que le monde entier (sauf un milliard par-ci, des millions d’autres par-là) se prête à l’exercice tous les 365 jours. Allez comprendre.

Mon devoir de blogueur non influent me dicte tout de même qu’il serait de bon ton de souhaiter une belle nouvelle année 2015 à mes chers lecteurs. J’ai une pensée particulière pour ceux, lecteurs ou non, qui ont passé ce cap avec un vide dans le cœur, une absence définitive en tête… que cette nouvelle année soit une source de joie et de réconfort.

Je vous laisse avec Lhasa qui nous a quitté il y a tout juste 5 ans aujourd’hui.


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

12 février 2014

Les amis d’autrefois

L'an dernier à cette même époque, un enterrement fut l'occasion de recroiser un ami de lycée / fac avec qui nous avons évoqué ces autres amis, ce qu'ils étaient devenus... ça fait toujours bizarre de voir surgir ainsi quand on ne s'y attend pas les souvenirs d'un passé devenu lointain désormais.

Parfois, je repense à cet autre ami chez qui j'ai vu et utilisé pour la 1e fois un Mac... ça devait être en 1986, je pense, le modèle Macintosh Plus. À l'époque c'était très cher (oui, bon, ok, toujours...) et très novateur... c'était assez magique à ce moment-là ce bel objet et son interface graphique intuitive.

D'autres fois, des bouts de conversations à peine entendus me ramènent à des souvenirs de collège...

18 juillet 2013

Mais que dire

rocker Il était une fois un ami, et son frère, tous deux artistes.

Le premier était attiré par les marionnettes, le théâtre d'objet. Le second travaillait la peinture, le métal.

Il m'avait offert une sculpture que vous pouvez découvrir sur les photos ci-contre[1]. Il n'est plus depuis quelques jours, et la malepeur[2] envahit encore les esprits de cette saloperie de maladie qui terrasse même les plus forts.

rocker Cette sculpture, qui trône comme il se doit dans le local de répétition, a fait une chute malencontreuse il y a quelques semaines qui lui a coupé le cou (enfin, le ressort qui lui servait de cou), se rappelant à mon bon souvenir... et à ceux passés en compagnie de son créateur, où, en dehors de suivre son imagination débordante dans les discussions, étaient régulièrement lancées des gogues[3] dont il était friand.

Je me souviens aussi d'une installation vidéo qu'on avait détournée le temps d'une soirée pour danser et chanter à tue-tête en regardant une vidéo de concert d'Hubert-Félix Thiéfaine.

Les années ont passé, il s'est éloigné géographiquement, puis était dernièrement revenu dans la région pour poursuivre ses différents projets...

Dans ces moments-là, on voudrait toujours avoir la possibilité de l'uchronie[4].


Découvrir d'autres Obsolètes à prise rapide.

Notes

[1] photos qui ont 12 ans, merci à Seb au passage

[2] Peur extrême et pressante

[3] Plaisanterie, divertissement

[4] L’histoire refaite telle qu’elle aurait dû être

9 juin 2013

Happy anger

Happy Anger - Year 506Philou - Year 506Ce soir je n'ai pas goût à jouer. Alors j'essaie de trouver de l'inspiration. Et j'écoute un disque de 98, Year 506, un CD-livre alliant une BD de Philippe Squarzoni aka Philou et 7 titres du groupe Happy Anger, avec le regretté Guillaume Quéméner à la guitare et au chant. Et cet album, outre le son très brut, sans artifice, est une bombe de finesse et d'intensité. Des textes en forme de manifeste, tout comme la BD. Un pavé.

Je n'ai pas été matois(e)[1] aujourd'hui.


En savoir plus sur les Obsolètes à prise rapide.

Note

[1] Qui a, comme le renard, la ruse et la hardiesse

31 juillet 2012

Pooka (mai 2001 - 31 juillet 2012)

Quand j'ai enfin pris mon envol dans la vie, j'ai décidé très vite d'avoir un chat. Même si à la maison familiale, nous n'en avions jamais eu (que des chiens), je savais que j'aimerais le caractère plus indépendant mais très attaché / attachant du chat.

Lire la suite...

12 juin 2012

Au revoir Marie

Elle était de ces personnes qui marquent les esprits, par leur bonté, leur générosité, leur force de caractère. Portant toujours le chapeau avec élégance, elle était le soutien indéfectible de Dominique, assumait beaucoup plus qu'il était possible d'imaginer, et leur complicité permettait de tout affronter.

Je garde en souvenir les bons moments passés ensemble dans leurs différentes maisons (j'ai participé à un certain nombre de déménagements), des soirées arrosées, des barbecues improvisés, des journées de boulot intenses et stressantes aussi - mes débuts dans le son lors de fêtes de la musique épiques, c'était il y a près de 15 ans...

Depuis environ 4 ans, elle luttait contre la maladie avec toute la force qu'on lui connaissait. Mais la maladie a fini par prendre le dessus, comme souvent.

Ce matin, nous sommes allés lui rendre un dernier hommage, et, alors que de sombres nuages nous arrosaient abondamment sur la route, l'inhumation s'est déroulée sous un ciel apaisé pour quelques instants. J'espère que tu l'es aussi, maintenant, Marie.

Toutes mes pensées à Dominique, Julie, Élodie, Émilie.

- page 1 de 3