Scories...

...ou quand la nuit apporte son lot de mauvais échos.

Comment aborder une journée, tourmenté par les rêves de la nuit, lors d'un sommeil long et écrasant car censé être réparateur... ce qu'il ne fut que partiellement.

Des souvenirs que je voudrais enfouis à tout jamais reparaissent sous une forme étrange, et tout paraît complètement cohérent dans le rêve, et incohérent au réveil, comme toujours, mais cependant révélateur d'une préoccupation latente, inconsciente.

Là, 2 solutions : se laisser envahir par ces souvenirs, y revenir une fois encore, ou passer la journée à ne plus y penser, occupé à d'autres choses, oui mais voilà, si ces autres choses vous ramènent à ça ?

Il y a peu de choses que je n'ai pas bien digérées ces derniers temps, mais toujours reparaît cet arrière goût de non-résolution par abandon de l'adversaire, par négation du conflit, par laisser-aller, laisser-faire. Je m'énerve tout seul à ne pas enterrer une histoire que d'autres ont sans doute déjà oubliée depuis longtemps. Non qu'elle ne les concerne pas, bien sûr, mais que peut-être ils ont abandonnée toute seule, en se déchargeant des non-dits aussitôt dit...

Longtemps que je n'ai pas pris le temps d'écrire plus régulièrement des textes, futures paroles pour extirper ces sentiments qui de toute façon ressortent à mon insu. Exutoire ? Bien sûr, ça l'a toujours été, et ça risque de le rester un moment. Ah mais attention, je n'ai pas dit non plus que tous les textes sont autobiographiques et terre à terre, ils partent souvent de faits réels pour dévier de leur trajectoire initiale sans savoir trop où ils vont finir... comme pour beaucoup je pense.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/103

Haut de page