En ces temps agités...

Grèves et manifs dans tous les sens, et je n’arrive pas à m’impliquer, du fatalisme sans doute, devant un monde qui ne nous prend sur son dos que pour nous emmener au bagne, au chaos, dans le mur... (rayez la mention inutile)

Comment avouer qu’il est trop tard pour la planète, pour les êtres humains (je ne blâme personne, j’en fais partie) qui réagissent des années (siècles ?) après le début des hostilités économiques - "the holy economic war" ?

Non, j’ai plus envie de participer à des manifs, plus envie de me mêler à des bannières, drapeaux qui ne me correspondent pas, à des slogans simplistes, non je ne crois plus à un grand soir, j’y ai jamais cru de toute façon. Une grève générale peut-être... et encore. l’an 01 ? Pour aboutir à quoi ? Beaucoup de choses ont été tentées, alors quoi ? L’autogestion ? Qui reposerait sur une remise en question complète de la société dont la 1e serait la volonté de tout le peuple de se prendre en main... aille... qui a dit que tout le monde le désire ? comment concilier une plutôt bonne idée avec la majorité des êtres humains ? hum...

Des questions, encore et toujours, et bien peu de réponses.

Plus proche de mes préoccupations quotidiennes, grève reconductible des intermittents (& artistes précaires/rmistes) à compter de demain 30 mars pour tenter de mobiliser l’opinion sur une nouvelle dégradation des admissions et indemnisations dans le cadre des annexes VIII et X du régime d’assurance chômage concernant les professionnels intermittents du cinéma, de l’audiovisuel, de la diffusion et du spectacle. Des actions dans de nombreuses villes de France et de nombreux spectacles d’ores et déjà annulés. Des infos ici.
Et que dire aussi de la fermeture des antennes anpe-spectacles en régions ?

Bref, le constat est amer, mais faut-il pour autant baisser les bras ? J’ai peur de me dire que tout est joué, qu’on ne peut plus rien à la marche du monde qui nous entraîne contre notre gré (pas pour tout le monde ceci dit), qu’à moins d’une révolution à l’échelle mondiale (plus grosse utopie, c’est dur), rien ne peut se produire de bon...
Et le "penser global/agir local" ? Oui, bien sûr, mais est-ce suffisant ? Non, mais nécessaire. Rien n’est jamais simple.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/70

Haut de page