Les affres de la création

Régulièrement je pense à des formules, non pas mathématiques, mais textuelles. En général, ça arrive en conduisant, à un moment où mon esprit s'échappe un peu, rebondit sur un terme employé à la radio ou sur un mot qui surgit de nulle part. Et là je me dis : "ah ouais, ça ferait un bon début de morceau[1] ça !"

Je joue un peu avec dans ma tête, connecte plusieurs mots, expressions et... et... rien. C'est bien là le problème : mon esprit part sur autre chose, qu'il a entendu, ou qu'il va pêcher dans les préoccupations du moment.

Je me trouve maintenant dans la période d'après, trop vague pour se souvenir de ces bribes de texte, ne sachant pas plus à quel moment ni où j'ai bien pu les penser.

Il me faudrait sans doute un peu plus de concentration, ou toujours me laisser une marge de temps pour mes trajets, permettant de noter, ou le cas échéant de photographier ce qui doit l'être à cet instant & lieu précis. Voilà un petit défi à relever.

Note

[1] Je dis bien morceau et non chanson, j'ai tellement d'aversion pour ce qu'on met dans ce terme de nos jours...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/473

Haut de page