Mot-clé - rien

Fil des billets - Fil des commentaires

Sidération

Violette, mar. 2020

On a beau dire, faire le brave, et se dire qu’on est loin d’être mal loti[1], malgré tout, c’est difficile d’arriver à vraiment se concentrer, et avancer sur les choses qu’on avait commencées ou projetées de faire avant. On lit beaucoup d’articles, et on enrage beaucoup aussi, pour tout un tas de  […]

Lire la suite

Days of nothing

Il est des jours où je ne veux interagir avec personne, ne pas me montrer pour ne pas avoir à faire semblant, ne pas avoir à tenir un rang pour lequel je ne suis (forcément) pas à la hauteur. Il est des jours où, non, en fait toujours, je me moque de l‘opinion publique majoritairement confuse (lol).  […]

Lire la suite

Un parfum d'aigreur

J'aurais pu parler de bien des choses agréables aujourd'hui avec le mot du jour, mais une chose est venue gâcher le ptit dèj de bon matin pas réveillé. En effet, la dernière chronique[1] de l'album de Mona Kazu n'a rien de nicette[2], loin s'en faut. En dehors d'arguments critiques qui peuvent être  […]

Lire la suite

Foutage de gueule, dans les grandes largeurs

Le cadre La vache. J'avais pas envie d'y aller, pourtant j'aime jouer de la musique et faire des concerts, mais l'état d'esprit actuel n'étant pas des plus guillerets, et les conditions étant plus que précaires - pas de défraiement, juste une bouffe et boisson à volonté - ça ne motivait pas plus que  […]

Lire la suite

Un autre dimanche

Le vide de cette journée remplit la maison, les sons ne répondent pas aux sollicitations hostiles. Il y a à nouveau dans ce jour un quelque chose de froid, qui empêche de se détendre vraiment, de trouver une quiétude qui de toute façon ne durerait pas. On croise des poussières qui nous renvoient à  […]

Lire la suite

Poing mort

Les choses n'avancent jamais comme elles le devraient. Des bêtes se jettent sur un pare-choc, pas de répit pour la mécanique, et le cœur lourd d'une trace indélébile. Un sentiment de piétinement, de sur place. Car avancer motive. Stagner plonge dans les abysses. Et le peu que j'avance, je lève la  […]

Lire la suite

Jour de rien

A penser ses blessures de loin, le regard s'endort à trop y voir de près, les contours deviennent indécis mais semblables à de vagues nausées pour se noyer. Ces jours de rien ne passent pas, se posent là comme une douleur insidieuse et récurrente. Un autre ce jour écoulé, une fuite dans le toit, et  […]

Lire la suite

Haut de page