Cloudification, la suite

Il n’y a pas longtemps, je vous parlais de mon intention d’installer un “cloud” perso pour m’éloigner de Gooooooogle (ta gueule) et autre Dropbox… Et voilà qu’en me connectant sur l’interface de mon hébergeur il y a quelques jours, on me propose une installation offerte de Nextcloud sur un de leurs serveurs tant qu’on a au moins une offre d’hébergement chez eux, à gérer soi-même (mises à jour et sauvegardes comprises). Autant dire que je n’ai pas hésité une seconde à lancer l’installation, effectuée automatiquement dans les minutes qui ont suivi.

Ayant déjà utilisé cet outil, j’ai installé les applications complémentaires qui m’intéressaient, paramétré, personnalisé, synchronisé sur mon téléphone et mon ordi.

La porte de Cloudy, fév. 2021
La porte de Cloudy

Le plus important reste à faire avant de l’utiliser de façon intensive et basculer les données provenant de Dropbox : mettre en place une sauvegarde régulière et la vérifier. Un cron pour la base de données, ça devrait être ok. Par contre pour les données, je ne sais pas trop. Du coup si un·e ou plusieurs de mes lecteur/trices ont des suggestions, tutos, etc., je suis preneur. Et après, à moi le cloud perso qui roxe du poney !

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/3015

Haut de page