Rock on, Dominic Sonic

Une part de mon moi guitariste & artiste est partie avec Dominic Sonic.
On le savait malade depuis un certain temps. Ça n’empêche pas d’être secoué par l’annonce de sa mort.

Tout comme avec Noir Désir, j’ai quasiment appris à jouer de la guitare en écoutant et cherchant à reproduire ses morceaux… une très bonne école. Avec mon 1er groupe, on a longtemps repris “Sad tuesday”, extrait du 2e album sorti en 91 chez Barclay.

Illustre inconnu pour le grand public, il est une des figures marquantes du rock rennais, et du rock français au sens large. Je l’avais découvert comme beaucoup avec son titre “When my tears run cold” extrait de son 1er album solo “Cold Tears”. Un rock(‘n’roll) entêtant, toutes guitares (acoustique & électrique) dehors, des riffs accrocheurs et efficaces. Des textes en anglais et en français, au ton résolument incisif.

Être un artiste, c’est vivre dans le froid
Être au regard des autres, ce dont ils ne veulent pas
Être un artiste, c’est mourir seul chez soi
N’être qu’une œuvre posthume appréciée des bourgeois

Les Leurres, 1994

J’ai eu l’occasion de le voir plusieurs fois en concert entre 1991 et 2016, et son énergie, sa bonne humeur, son jeu de guitare en font des souvenirs mémorables.

Dominic Sonic @ Rockomotives 2016, oct. 2016
Dominic Sonic @ Rockomotives 2016

Un très bel hommage lui a été rendu hier soir, diffusé en direct et toujours disponible sur la page Facebook de France 3 Bretagne.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/2994

Haut de page