Farewell Mark…

Comme je l’évoquais il y a quelques mois, j’ai dès les premières notes de “Such a shame” aimé Talk Talk, et suivi et adoré l’évolution incroyable de leur musique.

Mark Hollis

Bien que silencieux depuis le seul album sous son nom en 1998, Mark Hollis a toujours été présent, dans l’écoute des albums fantastiques Spirit of Eden, The Laughing Stock et un 3e en solo précédemment évoqué, dans la musique de beaucoup. Et restait toujours un espoir qu’il aurait encore quelque chose à dire, qu’il ferait encore de la musique. Il disait lui-même :

Je vais énoncer une évidence, mais qui n’est peut-être pas si couramment partagée : on ne devrait pas s’engager dans un album sans avoir une bonne raison de le faire. Il faut savoir ce que l’on veut, pourquoi on le veut, pourquoi on pense que le résultat se distinguera de ce qu’on a accompli jusqu’alors. Quand vous en savez plus sur ces motivations-là, vous pouvez faire le grand saut.

Extrait d’une excellente interview réalisée par Richard Robert pour les Inrockuptibles en 1998 et disponible en intégralité depuis 2011 ici (partie 1) et là (partie 2).

Depuis avant-hier, on sait désormais que le silence qu’il affectionnait tant dans la musique restera à jamais sien…

Un extrait de son dernier album.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/2941

Haut de page