Le prix des indés*

*Sous-titré : Vous nous prendriez pas un peu pour des cons, des fois ?

Je voulais écrire un petit billet rageur et désabusé suite à l’écoute partielle[1] d’une émission sur (f)Rance Inter[2] qui retransmettait en différé avec moults interventions toutes plus merveilleuses les unes que les autres un machin nommé : “Prix des Indés”. Là, tu te dis que ça peut être sympa ce truc, du coup tu fais une recherche, tu t’aperçois que c’est toujours les mêmes artistes qui sont sur-représentés, sur-médiatisés (notamment sur la radio pré-citée)…

Arrive ensuite l’article qui pose tout là, comme la bonne grosse supercherie qu’est cette “cérémonie”, une bonne grosse bouse nauséabonde d’auto-congratulation / auto-promotion de gros labels qui engrangent des millions avec des artistes pas du tout à la marge (Justice, Daft Punk, Metronomy, Manu Chao…).

Tout le monde a salué le Prix du meilleur Album décerné à Jeanne Added (Naïve), le prix de l’album révélation décerné à Radio Elvis (PIAS), le prix du meilleur Vidéoclip à Odezenne (Tôt ou Tard), le prix du meilleur album à l’export à Christine & the Queens (Because), le meilleur petit label à Ed Banger (edité par Because). Même dans l’industrie de la charcuterie on prend plus de pincettes avant de se décerner des prix à soi même.

Voilà, voilà.

Pendant ce temps, les autres labels indés[3] continuent contre vents et marées de sortir des disques d’artistes précieux et indispensables. Merci à eux.

Notes

[1] Pour ma santé mentale, j’ai préféré couper court…

[2] Et là on se demande pourquoi j’écoute encore cette chaîne.

[3] Donc pas ceux qui se voient majors à la place des majors…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/2546

Haut de page