Je ne suis pas du matin.

J’ai commencé la rédaction du billet ce matin, mais j’étais pas d’humeur.

Pourtant, le 1er bonheur du jour a été de sortir, quelques heures auparavant, vers minuit, d’aller voir l’océan, ses vagues perpétuelles et renouvelées, le vent absent (qui est bien vite revenu - oui, oui, ça souffle pas pour rigoler, là), croiser des gens souhaitant la bonne année… atténuant la connerie (et tout le reste) durant quelques instants qu’on aimerait voir durer toujours.

Et puis avoir le plaisir de passer voir des amis qu’on connait peu mais avec lesquels on se sent si bien, à chaque fois. Discuter de plein de choses, être dans l’instant à partager un feu dans le poêle, du café et du thé dans les tasses, des gâteaux, des mots importants.

Et puis retrouver de vieilles connaissances dans une salle obscure, quelques héros attachants à nouveau au charbon pour contrer le côté obscur…

Et enfin sentir le vent fouetter le visage. Être bien vivant.

Et profiter des belles lumières où se finit la terre.

du bonheur en image