Charlie Hebdo

Ils m’ont fait rire longtemps, puis plus trop, puis plus du tout. Mais ils étaient indispensables à l’idée qu’on se fait de la liberté d’expression. Leur seule arme était les mots, les dessins.

Ne surtout pas laisser le champ libre aux nauséabonds qui vomissent leur haine et font vomir de dégoût. Occuper le terrain, au sens propre, et aussi par les mots, les mots ont un sens. Ne pas laisser la peur, la haine, la surveillance (qui n’empêche rien) gagner.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/765

Haut de page