À la une

On a beau faire des checklists de choses à faire, à vérifier, à modifier, à tester, on arrive quand même parfois à se planter en beauté. Un jour futur, peut-être, les checklists ne laisseront rien au hasard. Hier, je suis presque devenu dingue à ne pas trouver pourquoi tel truc devait fonctionner et merdait finalement. Et aujourd’hui, libération, ahah[1].

Quoiqu’il en soit, ce n’est pas ça que je voulais mettre à la une aujourd’hui. Rien en particulier en fait. J’ai vu passer des mots qui m’inspiraient, sans prendre le temps de me déprendre de mes occupations préoccupantes (cf le paragraphe précédent) pour parler de ce qu’ils m’évoquaient.
Ainsi la montagne fait revenir en moi les souvenirs de balades dans des parcs naturels, dans des lieux magiques et grandioses…
Dans le silence de la ville, je me suis longtemps promené, parcourant les rues en pleine nuit, le seul bruit étant parfois le vent… quelle ville ? Toutes revêtent un air de liberté, une sensation qu’elles nous appartiennent toutes entières, à ce moment précis, que personne ne viendra perturber les divagations nocturnes, s’arrêter ici, regarder là, découvrir un passage…


Découvrir d’autres chansons à prise rapide. Ce mois-ci : Jean Ferrat

Note

[1] Bon, évidemment, le raccourci est saisissant pour ne pas dire limite, mais je ne me refuse rien.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/725

Haut de page