Wouaf wouaf !

D'aucuns trouveront que je suis assez facilement irritable, et auront sans doute raison. Malgré tout, j'ai une tolérance que je qualifierais de normale aux bruits divers et variés. Surtout que je ne suis pas le dernier. Mais je ne fais pas de bruit : je fais de la musique. Je ne le recorderai[1] jamais assez.

Le bruit donc ; un bruit qui agace qu'on soit à l'extérieur ou à l'intérieur, qui peut durer des heures, qui oblige à se plonger la tête entre des enceintes. Je ronge mon frein d'aller signifier l'usance[2] au voisin indélicat qui, alors qu'il s’affaire autour de sa grosse bétonneuse (qui elle non plus n'est pas silencieuse) n'entend pas - ou feint de ne pas entendre - son chien attaché qui aboie, d'entrain visiblement, souhaitant sans doute participer aux travaux d'un peu plus près. Aboiement qui résonne dans tout le quartier.

Alors monte en moi une certaine envie canicide. Il n'y est pourtant pour rien.


En savoir plus sur les Obsolètes à prise rapide.

Notes

[1] Répéter une chose que l’on a apprise par cœur pour mieux se la rappeler

[2] Connaissance des usages

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/623

Haut de page