Lectures musicales

Mon histoire avec les Beatles a dû commencer comme pour la plupart d’entre-vous, à l’écoute des grands succès, des choses plutôt inoffensives même si fort bien tournées.

En studio avec les Beatles

Sauf qu’à un moment mes oreilles ont eu droit à l’écoute de Revolver, The White Album, Abbey Road, et elles m’ont clairement fait savoir que plus rien ne serait comme avant. Entendant clairement l’inventivité de ces 4 musiciens, le sens de la mélodie, aidés en cela par le producteur George Martin, l’envie d’explorer des territoires inconnus, d’utiliser une palette très étendue d’instruments. Et j’en suis resté là. Je n’ai pas cherché à en savoir plus. Jusqu’à ce bouquin qu’on m’a prêté dernièrement[1].

En studio avec les Beatles est donc écrit par Geoff Emerick, un ingénieur du son qui a fait ses armes en tant qu’assistant sur leurs premiers albums alors qu’il était encore adolescent. Et un jour de 66, George Martin lui propose d’être l’ingé son - alors qu’il a à peine 20 ans ! - pour le prochain album qui va devenir Revolver. Et c’est là qu’on s’aperçoit que la créativité ne se limitait pas aux Fab Four mais qu’ils avaient la chance d’être entourés de gens talentueux et prêts à repousser les limites en matériel et en consigne officielle...

Autant le dire tout de suite, ce bouquin est passionnant à plus d’un titre :

  • d’abord le côté technique : on y découvre les essais osés, les avancées flagrantes en terme d’enregistrement, incroyable ce qu’ils ont pu essayer, demander des choses qui semblaient impossibles
  • le côté humain : percevoir les personnalités contrastées des 4 et leur évolution néfaste - pour le groupe - au cours du temps
  • le côté créatif : autant on peut se dire à l’écoute des 1ers albums qu’ils jouent et chantent bien sans plus, autant à partir de Revolver on sent très clairement qu’ils ne sont pas normaux tant leur créativité, inventivité est débordante. Ce sont juste des extra-terrestres et personne n’arrivera à leur cheville à ce moment de leur carrière.

Je ne peux donc que recommander la lecture de ce livre pour qui s’intéresse à la musique pop, rock, au son. Incontournable.

La route chante Autre livre que j’ai dévoré, La route chante de Lhasa[2], artiste disparue il y a un peu plus de 2 ans maintenant. On y croise son univers poétique, on y découvre son parcours atypique, son rapport aux sons, à la langue, les liens avec sa famille... un livre illustré de ses dessins, de ses textes manuscrits, de nombreuses photos. Ouvrage qui donne envie de redécouvrir cette artiste unique et inclassable.


Edit 7 février : je ne sais pas pourquoi, les commentaires n’étaient pas ouverts sous ce billet. C’est désormais chose faite. Chuis sûr que vous avez des choses à dire, là. ;)

Notes

[1] Merci JL !

[2] Qu’elle a écrit alors qu’elle préparait son dernier album.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/436

Haut de page