Mon premier Paris Web

Ça faisait un moment que je voyais passer le nom Paris-Web sur ma timeline twitter, et j’ai suivi l’an dernier avec un intérêt redoublé les micro-discussions autour de cet événement… puis regardé les vidéos des conférences.

Et puis, et puis, fort motivé, cette année je me suis inscrit à tous les événements organisés pour la session de cette année, à savoir les conférences, les ateliers et l’apéro communautaire. Ça allait être ma première véritable incursion dans le web ouvert, accessible, les bonnes pratiques, le KISS, thème pour 2011.

La veille au soir, plongeon dans le bain avec dans un 1er temps, la remise de diplômes d’expert accessibilité, dont la formation était organisée par Temesis suivi d’un apéro bien mérité[1] ; puis avec un apéro off des participants non orateurs[2] de la conférence, qui permet de faire connaissance avec des acteurs du web venus d’horizons divers et variés, et aimant à parler technique (un peu) et blaguer (beaucoup).

Jeudi : conférence jour 1

la cocotte paris web Le jour J (un jeudi), arrivé sur place avec Kozlika et Franck Paul, on retire les badges, on reçoit des goodies (waou, cool des cadeaux dès l’arrivée !), et on se jette sur le café et les viennoiseries bienvenues. Je commence à m’apercevoir qu’il y a beaucoup de monde, je reconnais quelques visages déjà aperçus sur le net, twitter ou les blogs respectifs. Mais de là à aller taper la causette, il y a un pas que je ne franchirai que rarement. Timidité et manque d’assurance habituels. Bref.

Les conférences commencent, je me place dans le petit amphi pour suivre l’exposé d’Élie Sloïm et Laurent Denis sur l’accessibilité agile : moi qui me faisait une montagne de la mise en conformité dans les sites, la solution est l’amélioration progressive et continue… bien. Je bascule dans la grande salle pour suivre une des confs qui me laissera le plus sur ma faim : Les goûts et les couleurs de David Rault, je m’attendais à quelque chose de plus fouillé, plus contrasté…
Un verre de jus de fruit et un café plus tard, je retourne dans le petit amphi suivre la conf. de Maurice Svay sur les tests ergonomie sans budget, idéal pour des (très) petites structures. Des pistes intéressantes. Puis un changement imprévu et de conf et d’amphi, je suis une mini conf qui nous explique ce qu’on peut utiliser en html5 dans les formulaires.

Il est presque 13h, la faim nous tiraille, tous les participants se jettent sur les généreux buffets dressés à 2 endroits. Une fois mon assiette remplie, je me trouve un coin où la poser et entame une conversation impromptue avec mon voisin de mobilier[3], on est un peu tous là pour la même chose, alors n’ayons pas peur d’échanger nos points de vue et expériences.

Concentrés & à l'écoute Le temps de déguster les excellents desserts agrémentés d’un café et il faut retourner apprendre des choses, sur les neurosciences au service du design numérique en l’occurrence. Conférence passionnante. La suite ? Anthony Ricaud (de Mozilla) nous narre comment travaille le navigateur pour afficher la page qu’on lui a demandé : autant dire qu’il se passe un paquet de trucs avant d’avoir droit à une belle page ornementée de css du meilleur goût (espérons).

Une dernière pause et on attaque la fin de la journée avec l’excellent “plombier du web” Karl Dubost qui nous parle en 15min avec de superbes slides des bugs de navigateurs… pourquoi, et comment. Enfin, pour clôturer en beauté, les Lightning talks proposés par Daniel Glazman et Robin Berjon nous en mettent plein la vue, tant dans le décalage et l’humour que dans la démonstration technique. Des présentations en moins de 4 minutes, il faut savoir faire ! La palme revient à Karl Dubost (encore lui) et son presque strip-tease largement évoqué - et photographié - pour une démonstration convaincante de fabrication de housse de laptop. Il faudrait tous les citer, mais je retiens également la désormais célèbre GAO (glande assistée par ordinateur) proposée par Hellgy, un concept loin d’être idiot !

Tomber la chemiseJeudi soir, il est temps de se rendre à l’apéro communautaire, et le mieux pour ne pas avoir envie de réfléchir sur le trajet à prendre est de se laisser guider par l’équipe d’organisateurs. Chouette lieu, j’y retrouve @KoleGramyst pour discuter musique et web, Monique Brunel vient nous transmettre sa bonne humeur et nous raconte des anecdotes sur les éditions précédentes (entre autre)… Une bonne ambiance, notamment pendant la distribution des bouquins Eyrolles, des t-shirts et autres goodies Firefox. Bonne soirée, mais je décolle assez tôt histoire s’être à peu près d’attaque pour les conférences du lendemain.

Vendredi : conférence jour 2

Un brin fatigué, le petit déj’ et la triple dose de café sont les bienvenus à l’arrivée.
J’attaque par le petit amphi où Thomas Parisot nous parle d’industrialisation du web : présentation bien foutue, sujet intéressant. Ensuite, sans doute la conférence la plus enthousiasmante de cette année : La sagesse du web par Célinecélines. Sa passion est communicative, ses slides superbes et son propos fort et bien accueilli (“Occupy the web”, yeah !).
Une pause plus tard, retour dans le petit amphi pour assister à la passionnante conf’ de Jérémie Patonnier sur le rendu typographique selon les navigateurs et les différents outils disponibles en ligne. Le désistement d’un orateur pour la conférence suivante nous permet de prolonger la séance de questions. Pour terminer cette matinée, on assiste à une démonstration virtuose (et à l’envers de bout en bout, quelle maîtrise) autour des standards ouverts / fermés par l’excellent Thierry Stœhr.

Hop, l’heure du repas a sonné, repos et échanges autour des conf’ du matin, ou d’autres sujets liés au web, ou pas (tricot ?), et idées de conférences pour l’année prochaine. Le tout en dégustant avec délectation les excellents buffets salés et sucrés proposés[4].

Denis Boudreau La reprise se fait en pleine digestion, et le sujet abordé et la façon de le traiter - de l’aveu même de l’auteur David Larlet - ne va pas particulièrement nous aider à rester vigilant. Mais grâce à un échange d’expérience avec la salle, on cernera mieux les enjeux de l’OpenData, puisque c’est de ça qu’il s’agissait. Changement de salle ensuite pour assister à la présentation de Denis Boudreau, découvert l’an passé grâce aux vidéos et qui traitera de la sainte trinité entre SEO, accessibilité et mobilité. Excellent orateur, il saura faire passer son message de manière détendue, et rejoindra les conclusions de la 1e conférence de la veille présentée par Laurent Denis et Elie Sloïm.

Paris Web, un staff dynamique !

Dernière pause avant la fin, je m’aère un peu et tombe par hasard sur une séance photo du staff Paris Web au complet, l’occasion de sortir mon appareil pour quelques uns des (trop) rares clichés que j’ai réalisés durant cet événement.

Dernière ligne droite, Rudy Rigot très à l’aise dans son rôle de meneur du jeu nous explique une charte qu’il a inventée permettant de remettre de l’humain dans un processus complexe comportant des imprévus non gérés au départ[5].

Table ronde des navigateurs, monde des bisounours ? Puis un moment assez fort de ces 2 jours puisque la conférence clôturant la journée n’est autre qu’une table ronde des navigateurs, avec 4 de ces fiers représentants (Paul Rouget - Mozilla, Karl Dubost - Opera, David Rousset - Microsoft et Sam Dutton - Google). Pas de passe d’armes mais plutôt une impression d’avancer en bonne intelligence et concertation… Le coup de pied dans la fourmilière initié par Mozilla il y a quelques années a réveillé les éditeurs de navigateurs qui sont maintenant dans une saine concurrence, c’est du moins ce qu’il ressort (notamment) de la table ronde.

Samedi : ateliers

Inscrit également aux ateliers, c’est très indécis que j’arrive sur les lieux (différents des conférences). Le public est plus orienté “étudiants” même si de nombreux participants des conférences sont également là.

Après un ptit déj’ toujours bien fourni, je finis par choisir d’assister à l’atelier au titre un brin polémique de Raphaël Goetter sur les tableaux de mise en page. Pas déçu, des solutions applicables pour tous les navigateurs (ou presque) mais pas forcément conseillées hors des sites persos.
La matinée se poursuit avec Jérémie Patonnier dont l’une des passions est le SVG, preuve en est son lightning talk de l’avant veille avec une animation - fort bien commentée - tout en svg (et en clins d’œil & trolls) dans le navigateur. Décorticage du SVG et de son intégration dans les navigateurs. Applicable dès maintenant. Des sites avec du SVG inside très impressionnants en guise de conclusion.

Un buffet nous attend le midi, lui aussi différent, plus simple mais néanmoins copieux et avec une option végétarienne pour qui le souhaite. Bonne idée ça.

Encore 3 ateliers et Paris-Web 2011 sera réellement terminé, snif. Les traits du staff sont tirés, on sent la fatigue accumulée… mais toujours souriants et prêts à renseigner, à aider… quelle équipe !

1er atelier (court) avec Stéphane Deschamps, sur le confort d’utilisation des sites web. Le 2e est improvisé (remplacement au pied levé d’un orateur) par ce même orateur et Denis Boudreau avec des analyses concrètes d’accessibilité de sites soumis par des participants. En dehors des blagues et jeux de mots qu’ils ne cessent de lâcher, j’ai beaucoup apprécié ce décorticage de sites et vu concrètement certains points bloquants. C’était juste passionnant ! Pour finir, Denise Jacobs, excellente oratrice nous présente (surtout) les différentes propriétés de CSS3 avec pléthore d’outils en lignes et références utiles, mais n’a que quelques minutes pour évoquer le “responsive design”, adaptation du design selon les différents appareils/écrans, ce sur lequel on l’attendait vraiment. Dommage.

Mon ressenti

Comme précisé au départ, c’est la première fois que j’assiste à Paris-Web et à ce genre de conférences. N’ayant aucun point de comparaison, je ne peux me prononcer que sur ce que j’ai ressenti durant ces 3 jours.

L’accueil

Comme il peut transparaître à la lecture du billet, aucune fausse note dans l’organisation, de l’accueil des participants aux collations / catering proposés, des conditions de suivi des conférences aux horaires scrupuleusement respectés, de la gentillesse du staff à l’humour et la décontraction des orateurs…

Accessibilité

S’il n’y avait qu’un mot à retenir de la conférence pour moi, c’est accessibilité. Être au contact de personnes handicapées dans ce contexte, voir les interprètes LSF traduire toutes les conférences, de la vélotypie dans le grand amphi, entendre beaucoup débattre autour de ce thème m’a singulièrement marqué et va immanquablement me faire évoluer dans mes pratiques pour mes projets web mais aussi dans la vie en général.

Enthousiasme

Ok, c’est le 2e mot qui me vient à l’esprit. Il y a durant les 3 jours une sensation d’émulation, des étoiles dans les yeux quand on entend certains discours dans les conférences, on découvre aussi des arguments - et l’emploi de mots choisis - pour faire avancer la qualité web auprès des clients.

Regrets

J’ai quelques regrets, principalement dus à ma timidité et à la modestie de mes compétences :

  1. ne pas avoir échangé vraiment avec les participants et orateurs, tout à fait disponibles pendant les moments de convivialité. Il est vrai aussi que je découvrais, que je n’avais pas forcément de questions ou d’idées à partager de prime abord, ni envie de déranger des conversations entre connaissances (oui, ça fait un peu club parfois)
  2. avoir loupé la conférence de Sophie Drouvroy qui a semble-t-il marqué les esprits. Je me rattraperai donc en la visionnant dès que les vidéos seront disponibles…
  3. repartir dès le lundi suivant sur mon autre activité (technique du spectacle) en perdant très vite le bénéfice de ces jours à rêver d’un web plus beau et plein de bisounours bonnes pratiques.

En conclusion

Globalement, je suis reparti de Paris-Web avec une pêche incroyable et une envie de faire et d’approfondir sur des sujets que je n’avais qu’entrevus. On sentait une ambiance très chaleureuse, bienveillante et ouverte, car malgré ma retenue, il était très facile d’aborder à peu près tout le monde pour parler de tout et de rien, mais de préférence de web quand même, et avec passion bien entendu.

J’ai donc hâte de m’y remettre, et de revenir, de participer à d’autres événements de ce type (Sud-Web par exemple) et d’oser aller poser des questions simples et pertinentes… ou échanger un avis, une idée.

En attendant, je suis beaucoup plus de monde sur twitter, et compte bien suivre au plus près toute cette agitation positive pour un web plus-mieux-bien.

J’allais oublier : un très grand bravo au Staff !

Des liens

Beaucoup de compte-rendus & billets divers ont été écrits, en voici une liste non exhaustive :

Notes

[1] pour les nouvellement experts, cela va sans dire

[2] un dîner officiel étant réservé aux orateurs

[3] je ne vois pas trop comment appeler ce truc, entre le banc et la table, au design en forme de U à l’envers…

[4] Oui, le fromage aussi était excellent.

[5] Je crois que je ne suis pas très clair, il est préférable d’attendre la vidéo de cette présentation…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/426

Haut de page