Akosh S.

Akosh S. Gildas Ethevenard @ Jazz Campus 2011 Avant-hier soir[1], nous avons un peu changé de style et d’horizon, et sommes allés dans un petit village du clunisois écouter du jazz grâce au festival Jazz Campus. Naaaaaaan ? Ben si. Mais pas du tout-venant qu’on entend à droite à gauche avec des solos interminables et des trucs techniques et froids. Nan, là c’était autre chose. Y avait de l’âme dedans.

Au programme : Megadog (from Berline) et le duo Akosh S. / Gildas Etevenard.

En 1e partie, le trio Megadog (from Berline) mais en fait ils sont français (et puis Berline ça s’écrit pas comme ça !) : du jazz bidouillé et parfois bruitiste avec une grosse dose d’électronique. Parfois un peu trop attendu / téléphoné / facile dans les sons, ça fonctionnait plutôt mieux quand une rythmique s’installait. Intéressant mélange des genres même si pas complètement convaincant.

Puis Akosh et Gildas attaquent dans un tout autre registre, complètement acoustique celui-là, et posent l’ambiance. Ces deux-là jouent ensemble depuis près de 8 ans, autant dire qu’ils se connaissent bien. Akosh bien que saxophoniste à la base joue de nombreux autres instruments, dont de l’harmonium, des cloches, pour des ambiances planantes ou répétitives, opposées aux morceaux plus free au saxo. Son compère, en dehors de sa batterie joue de diverses percussions, d’une sorte d’instrument à corde sur lequel il fait des rythmiques ou joue des notes, et même d’une trompette. Le set est alternativement contemplatif, dépouillé, riche, saturé (de notes), minimal… On se laisse complètement embarquer dans cet univers fait de calme et de tempête.

Excellente soirée qui m’a permis de revoir Akosh avec une formation différente mais une musique toujours autant passionnante.

Note

[1] la photo qui illustre ce billet est la moins pire que j’ai pu prendre, la lumière était très faible et je ne voulais pas utiliser le flash…

Ajouter un commentaire

Comments can be formatted using the Markdown Extra syntax.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/416

Haut de page