Apprendre à finir

1

J'ai toujours eu du mal à finir de manière abrupte, du mal à tirer un trait définitif sur une amitié, une collaboration, d'autant plus si cette relation a été longue. Mais il faut que j'aille au bout de mes décisions, fussent-elles délicates à appliquer.
Cette situation a déjà trop duré. Marre qu'on se repose sur moi pour mes compétences web. Le côté technique spectacle, je l'ai déjà oublié (et c'est préférable). J'étais parti pour me retirer sans trop de bruit, essayer d'effectuer une transition indolore, mais je crois que je ne vais pas y arriver. Il me faut clore le chapitre de manière sereine, claire et, sinon amicale, du moins cordiale. J'espère y parvenir sans casse. Mais le fait de laisser moi-même pourrir la situation, développer des idées négatives n'apporte pas la sérénité évoquée. Pourvu que.

2

Que j'ai un accès de faiblesse, que je vois tout en noir, et surgissent alors ces contraintes, cette montagne de travail à faire pour avant-hier, ces relations qui tardent à se (dé)finir, cette relation à l'autre et au monde[1]. J'ai parfois un découragement si profond que je n'ai plus envie de rien, je n'aime plus les activités qui me font vivre, les conditions pourries me démotivent de plus en plus. Il faut lutter contre soi, tout à l'air si facile à plein de monde qui ne se pose pas de questions, du moins ne le montrent-ils pas.

Les montagnes de questions sont toujours là. Les réponses ?

Notes

[1] oui, parfois je déteste le monde entier, vous l'aviez remarqué non ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/390

Haut de page