Amalgame journalistique

Ce matin, en écoutant la radio (celle qui s'auto-proclame différente), j'ai eu la surprise d'entendre une journaliste, en évoquant les 1500 euros d'Assedic que touchait un député-maire parler de RMI. Sa langue a-t-elle fourché ? Ou est-ce l'émotion ? Doit-on comprendre qu'un rmiste toucherait 1500 euros par mois ?

Tout d'abord, on peut revenir rapidement sur cette affaire où le député-maire, le cœur sur la main, jure qu'il a contacté l'Assedic pour signaler cette erreur et qu'il remboursera les sommes versées indûment. Voir. Pour quelqu'un qui est censé représenter le peuple, on ne peut que se féliciter de sa propension à se mettre au niveau des plus pauvres. Mais là n'est pas le propos de ce billet.

Dérapage

Une fois de plus, ce genre de dérapage du langage participe à l'amalgame désormais habituel mais dangereux que l'on fait des bénéficiaires du RMI. Sous entendu ce sont de sales profiteurs qui en plus ont grave les moyens - tu penses, 1500 euros ! Contamination des esprits qui, des politiques atteint maintenant sans vergogne même les journalistes les plus innocents... je veux dire, pas JP Pernault ni JP Elkabbach qui sont irrécupérables depuis fort longtemps.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/205

Haut de page