grrd zero Lyon - 11/11/06

11/11/06 : concert au rail théâtre/Grrrd Zero - Lyon (69)
Au programme Pif le chiant, Larkin Grimm, Nina Nastasia et Tender Forever.

ça commence donc avec des locaux, quasi systématique dans les concerts organisés par S'étant chaussée et consorts, et plutôt une bonne chose. Voici donc Pif le chiant : groupe jeune de formation, trio classique batterie/basse/guitare-chant avec une bassiste en robe noir et blanche et gants blancs (si si, des gants pour jouer !), un batteur au kit réduit. Le jeu n'est pas particulièrement en place, ça sent le manque de répé, style orienté rock assez basique mais avec parfois des plans de guitare très travaillés, style post-rock, post-hardcore... le chant est en français, les paroles sont marrantes ou débiles, le chanteur s'excuse régulièrement non sans humour de leur manque de mise en place, et présente les morceaux avec ce même humour, la bassiste est souvent perdue en milieu de morceau, bref, marrant à voir tout ça... ah, petit détail technique, ils se sont installés devant la scène, avec juste la voix dans les enceintes.

La suite, Larkin Grimm, chanteuse américaine, qui surprend tout le monde avec son folk très enraciné dans la musique traditionnelle (?) des Etats-Unis, utilisant tant un dulcimer qu'une guitare classique de manière à toujours avoir un bourdon (c'est un des principes du dulcimer, d'ailleurs) pour base de ses chansons. Son chant est bourré d'émotion, très changeant en intensité, une présence indéniable, une évocation de communion avec la nature, c'est au final très prenant... il faut la voir pour comprendre, les morceaux sur son myspace ne reflètent pas entièrement cette impression de plénitude, de sérénité...

Arrive ensuite LE groupe que j'attendais, enfin disons plutôt L'artiste, à savoir Nina Nastasia, elle aussi américaine. Elle est accompagnée de musiciens : violoncelle, batterie, guitare, basse ou accordéon, clavier. Mais on les entendra sur bien peu de morceaux. Parti pris très étrange, avec une longue partie centrale où Nina est seule à la guitare, parfois accompagnée du piano, les musiciens semblant trouver le temps long (et nous aussi) pour un concert qui ne va jamais décoller. La déception est à la hauteur de l'attente, du coup je n'achète pas le dernier album bien que les 3 précédents soient déjà sur ma platine régulièrement... pas de rappel, rien, la salle semble avoir le même ressenti que moi.

On finit avec Tender Forever, qui sort d'une longue tournée, qui l'a vue partager la route avec Troy Von Balthazar en Espagne fin octobre. Musique orientée électro, présence indéniable, bricolage sonore, une certaine proximité d'univers avec Troy même si les textes et la musique n'ont pas grand chose à voir. Elle prend parfois une guitare acoustique ("on m'a dit qu'il fallait que je joue un peu de guitare sur scène, mais je préfère danser...") mais c'est pour mieux revenir ensuite à ses morceaux électro minimaux... Très bon moment d'échange, avec une frange du public lourdingue, mais on n'y peut pas grand chose.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Haut de page