formatage

c'est comme ça que ça fonctionne : le matraquage de certains morceaux choisis et insidieusement, sans y prêter attention, au bout de quelques jours, les airs apparaissent dans la tête, contre son gré. Subir la radio quand tous les disques, la chaîne hifi, l'ordi sont en cartons et on devient standardisé, formaté, on chante les mêmes airs (pourris) que les autres... c'est tout à fait anodin pour beaucoup, futile même, et moi ça me rend dingue. Désolé de ne pas faire partie des moutons à qui on dit quoi écouter, où aller en concert...

Un autre truc qui me fait fuir le petit écran* cette fois-ci : le formatage du journaliste d'investigation (ahum...) et ses commentaires tendancieux avec ce ton, ce merveilleux ton entendu, de connivence, sur des sujets toujours plus intéressants les uns que les autres... au hasard, la sécurité, par exemple. A croire qu'ils n'ont qu'un seul maître en matière de formation qui leur enseigne comment ne pas dépasser d'un cheveu, et ne proposer que ce qu'on attend d'eux, du propret et bien populiste. A gerber.

Je vous renvoie aussi à la lecture de Adishatz amics festaires ! par Agnès Maillard à propos du nettoyage médiatique en cours un an avant une élection qui sent déjà mauvais.

*car hélas, j'ai la joie de pouvoir profiter à nouveau de ce merveilleux médium si beau et intelligent.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant la syntaxe Markdown Extra.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.envisagerlinfinir.net/trackback/89

Haut de page