Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

9 juillet 2014

C’est écrit sur les murs

De la promo des affiches des pubs, achetez, achetez ! Le reste : peu importe.

Ou sinon, ceci :

Tag : Non !

Non à un environnement qui me pousse à être moins que ce que je SUIS
À réduire pour contrôler

Ne pas se laisser imposer les images, ne pas suivre la seule et unique manière de penser.


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

5 juillet 2014

Je pars demain

Je pars demain, surtout n’essaie pas de m’en dissuader, je m’en vais chercher un monde qui ne tourne pas autour du fric et du pouvoir, qui n’est pas tellement abjecte qu’à chaque fois qu’on reçoit de ses nouvelles, on a envie de pleurer, de mourir, ou de se révolter ; peut-être existe-t-il qui sait, un monde qui mettrait l’homme à l’égal de son environnement, à l’égal des êtres vivants qui le peuple.

Sans doute pas sur cette terre en tout cas, hélas.


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

4 juillet 2014

Je me suis lavé les mains dans une eau sale

On fait toujours le plein de contradictions, à chaque action, prise de position, de parole, toujours pourrait-on nous mettre face à nos paradoxes… Du coup, quand on peut de façon assez sûre agir dans sa manière de consommer mieux (et moins), ce serait bête de ne pas le faire.

Tout ça pour dire que j’ai commandé il y a 1 mois et demi un téléphone pas comme les autres, un Fairphone. Fair = juste.
On pourrait comparer le principe à ce qu’on connaît du commerce équitable, avec un aspect encore plus poussé, notamment dès l’extraction du minerai (hors des zones de conflits armés…) servant pour les différents composants de l’appareil, jusqu’à la production dans une usine où les ouvriers ont des conditions de travail et sociales “justes”.
L’autre intérêt de cet appareil est la possibilité de pouvoir le réparer soi-même, toutes les pièces peuvent être changées… mon précédent téléphone ayant choisi de mourir un peu trop rapidement à mon goût, et ne souhaitant pas en changer tous les ans, ni même 2, 3 ans, c’est une bonne nouvelle.
Pour l’instant il tourne sous Android, mais j’espère qu’on pourra aussi y installer Firefox OS, tant qu’à faire.

Il devrait arriver d’une semaine à l’autre maintenant, autant dire que j’ai hâte !


Petite note sur les chansons à prise rapide : ce mois-ci, on s’attaque à Johnny. Autant dire qu’outre le fait que c’est tout de même un sacré performer, je ne goûte que très peu ses chansons. Mais les titres sont marrants, alors…


Le calendrier des chansons.

3 juillet 2014

À deux heures de chez toi

…Se trouve toujours plein de concerts à aller voir, si on est en forme, si on a envie de bouger… Mais du coup, pas aujourd’hui. Tant pis.

Sans transition, je vous confie ma réflexion du soir : je m’aperçois du paradoxe qu’il y a à ne plus pouvoir / vouloir écouter les informations - du fait notamment d’une dérive de plus en plus prononcée vers la société du spectacle - et dans le même temps consacrer les 3/4 d’un album à venir à ces mêmes questions…

30 juin 2014

C’est mieux comme ça

Fallait-il que je n’ai pas / ne prenne pas le temps de commenter tout ce qui se passe ici et tout autour, des choses affligeantes (souvent) qu’on peut voir / lire / entendre, des beaux ratés du mois écoulé ? C’est peut-être mieux comme ça. Ou pas. Oui, je sais, cette mode du “ou pas” est assez détestable, mais daignez que je l’utilise moizaussi, après tout, il m’arrive de me noyer dans la masse. Enfin pas longtemps.

Fails

Alors oui, ce mois-ci j’ai fait fort : pas moins de 3 bons gros plantages de rendez-vous manqués, dont le premier m’a laissé un goût amer : je n’ai pu me rendre à la Kiwi party - pour laquelle j’avais obtenu le précieux sésame : une inscription - suite à une conjonction de “pas de chance” doublée d’une bonne louche de “pas doué”.

Le deuxième, juste une erreur de calendrier qui me fait me rendre à la gare… pour n’y trouver personne. Ah, c’est demain.

Le 3e en date, une réunion pour laquelle j’étais non pas indispensable mais tout de même attendu. Les 3 en l’espace de 10 jours, une belle série que je refuse de plus alimenter.

Ouf

Je peux enfin reprendre mon souffle et gérer les affaires courantes plutôt que les urgences comme depuis euh… plus de trois mois. Ça va peut-être aussi me permettre de renouveler le site de Tomek qui en a bien besoin, vu que j’ai un souci d’affichage sur la page d’accueil sur lequel je me suis penché de longues heures sans trouver le souci. Et puis ça lui ferait du bien de changer de peau et de devenir responsive, hein, tant qu’à faire.

Yeah

Et on arrive au plus intéressant, qui découle du paragraphe précédent : le mastering de l’album de Tomek est enfin en cours ! J’ai vraiment hâte de vous en faire écouter un extrait. Très vite.

8 mai 2014

À la une

On a beau faire des checklists de choses à faire, à vérifier, à modifier, à tester, on arrive quand même parfois à se planter en beauté. Un jour futur, peut-être, les checklists ne laisseront rien au hasard. Hier, je suis presque devenu dingue à ne pas trouver pourquoi tel truc devait fonctionner et merdait finalement. Et aujourd’hui, libération, ahah[1].

Quoiqu’il en soit, ce n’est pas ça que je voulais mettre à la une aujourd’hui. Rien en particulier en fait. J’ai vu passer des mots qui m’inspiraient, sans prendre le temps de me déprendre de mes occupations préoccupantes (cf le paragraphe précédent) pour parler de ce qu’ils m’évoquaient.
Ainsi la montagne fait revenir en moi les souvenirs de balades dans des parcs naturels, dans des lieux magiques et grandioses…
Dans le silence de la ville, je me suis longtemps promené, parcourant les rues en pleine nuit, le seul bruit étant parfois le vent… quelle ville ? Toutes revêtent un air de liberté, une sensation qu’elles nous appartiennent toutes entières, à ce moment précis, que personne ne viendra perturber les divagations nocturnes, s’arrêter ici, regarder là, découvrir un passage…


Découvrir d’autres chansons à prise rapide. Ce mois-ci : Jean Ferrat

Note

[1] Bon, évidemment, le raccourci est saisissant pour ne pas dire limite, mais je ne me refuse rien.

28 avril 2014

Un ange passe

Message de service : on pourrait croire que l’ange s’est attardé au-dessus du blog pour le rendre à ce point silencieux durant plusieurs semaines. Que nenni, une somme inconsidérée de travail urgent à rendre pour avant-hier en est principalement responsable.

J’ai hâte que ça se calme un peu.


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

7 avril 2014

La lueur dans l'œil

Ah ça, j’aurais bien voulu voir cette lueur, ou même ne serait-ce qu’entendre un bout de voix, savoir si elle trahissait cette absence totale de remords, de culpabilité à mettre en péril un contrat, à mettre en porte-à-faux un co-traitant vis-à-vis d’un client.

J’ai du mal à comprendre certains comportements : faire l’autruche n’est jamais bon, car d’abord si l’eau monte on peut se noyer, et puis quand on sort la tête du sable, tout ce qu’on se cache surgit encore plus fort, encore plus inexorable, comme une gifle en pleine face.

Déçu je suis.


Le calendrier des chansons.

1 avril 2014

Rhum pomme

Je n’ai pas essayé le rhum pomme, mais au regard de la réserve de menthe en train de se constituer, il se pourrait bien que nous goûtions plus que de raison à cette boisson addictive qu’on appelle mojito dans les mois qui viennent. Hips !

menthe


Étant très sélectif sur la chanson française, avec mes critères tout à fait subjectifs et assumés[1], peu d’artistes auxquels on consacre un mois dans le cadre des chansons à prise rapide trouvent grâce à mes yeux… Donc Juliette en avril. Soit.


Le calendrier des chansons.

Note

[1] Parmi lesquels la création musicale est un facteur très important, de même que la créativité des paroles, et une interprétation qui sort des carcans habituels…

31 mars 2014

Madame rêve

Madame rêve de se prélasser tranquillement à l’ombre des arbres, de jouer de la musique sans se soucier d’autre chose…

Madame rêve de saveurs exquises aux herbes parfumées, de sucreries craquantes et fondantes…

Et bim ! Ça y est, j’ai faim.


Bien peu d’assiduité à ce défi quotidien de la chanson à prise rapide ces derniers temps… En partie pour cause d’emploi du temps chargé (ça devient une habitude, et ça risque bien de ne pas changer avant un moment), de moral en dents de scie et d’absence d’inspiration. Et pourtant, Bashung.


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

- page 1 de 57