Envisager l'infinir

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

28 octobre 2014

Colère noire

Oui je suis encore plus en colère que d’habitude. Je suis révolté par ce que je peux entendre, lire (ceci par exemple) de tous ces gens qui nous représentent : FUCK OFF !

J’ai juste une envie : c’est de leur faire bouffer leur merde.

Oui, Cécile Duflot, vous avez raison de dénoncer le silence (mp3) assourdissant des dirigeants du pays ; dirigeants sans doute trop occupés à pleurer un dirigeant d’entreprise aux pratiques largement condamnables, mais c’est pas grave, ça fait rentrer des sous… aux actionnaires, pas à l’état, l’optimisation fiscale et les filiales à l’étranger permettant une quasi-absence d’imposition ici. Mais je m’égare.

Revenons donc à Sivens, là où depuis des mois de nombreux citoyens remettent clairement en cause la validité du projet, un merveilleux PPP où il semblerait qu’il y ait - étonnamment - conflits d’intérêts : à ce propos, lire cet article complet sur le site de Reporterre qui fait le tour de la question.
Ce qui se joue, une fois de plus est le sacrifice de zones d’intérêt écologique évident (ici une zone humide comportant un grand nombre d’espèces protégées) au profit à la fois de firmes privées bétonneuses et d’une irrigation pour de l’agriculture intensive.

Il faut qu’un rapport ministériel enfonce des portes ouvertes (= avis très défavorable, comme tous les avis précédents qui n’ont rien empêché) et surtout qu’une personne meure pour qu’on arrive à mettre ce dossier sur le devant de la scène.

Alors qu’on nous fasse encore le coup du “respect de la loi” quand les élus du coin ont enfreint tous les avis et autorisations nécessaires, c’est juste détestable, honteux : à gerber !

Soundtrack : Survival Knife - Loose Power / Portobello Bones - “Nu”

14 octobre 2014

Parfois je tricote

Oui, je tricote des notes, sur différents trucs généralement en bois, qui font des sons parfois doux parfois durs.

Ce qui est plus dur, c’est de “vendre” ces notes à qui n’en veut, parce qu’on me dit que de toute façon, y a trop de monde, et qu’il faut faire ceci, faire cela, et que ce sera jamais assez, et qu’il faudrait un plein temps pour s’en occuper, mais vous voyez le problème, j’ai un autre métier déjà.

Bref, revenons à nos moutons, allons tricoter quelques notes.

10 octobre 2014

La colère

Toutes ces choses qui ne se passent pas comme prévues… grrrrrrr !


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

27 septembre 2014

Mais moi, je m’ennuie

Ah si c’était vrai ! Le luxe de pouvoir s’ennuyer, de temps en temps, je me demande depuis quand je ne l’ai pas eu…

J’entends l’enfant dire en faisant traîner la fin du mot Mais moi je m’ennuiiiieeuh, le gamin qu’a déjà trop de trucs et de machins pour s’occuper, mais qui ne trouve rien à faire d’intéressant à ce moment précis. Ça arrive.

23 septembre 2014

La salle et la terrasse

En salle ou en terrasse ? Hum, la terrasse est tentante, mais là il faut avouer qu’avec le vent du nord & la nuit qui tombe j’ai un peu peur qu’on ait un peu froid, non ?

Ok, alors en salle, et Champagne !

22 septembre 2014

Trèfle à quatre feuilles

Aussi étonnant que ça puisse paraître, et contrairement à ce qu’ose affirmer Luc avec tant d’aplomb, le trèfle à 4 feuilles existe bel et bien ; pour preuve, j’en ai eu un en ma possession.

Alors évidemment, on pourra me dire : Picture or it never happened ![1]
Le souci est là. Je l’ai gardé sous les yeux, longtemps, séché comme pour un herbier… mais au gré des déménagements, le précieux a disparu.

Grompf !


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

Note

[1] Une image ou ça n’a jamais existé

21 septembre 2014

Une première danse

Il n’est pas question de la première danse, plutôt la dernière, celle qu’on redoute, avec la faucheuse. La vie, la mort, quelle distance infime. Qui nous laisse hébété, le cœur lourd.

Les mots me manquent.

La bande-son possible :

17 septembre 2014

Les plaisirs démodés

Ah, je vois que certains se creusent la tête pour dénicher un de ces fameux plaisirs démodés… ah ben moi je crois que j’ai trouvé, rien de plus facile : faire tourner un disque vinyle sur la platine, neuf ou ancien, selon l’humeur.

À l’heure où l’on ne prend plus le temps de rien, devoir retourner le disque pour écouter l’autre face, au-delà du côté désuet, a ce je ne sais quoi de subversif. Et de fort plaisant.

Vinyle

Sinon, je vous ai dit que la pochette de l’album de Tomek était quasi terminée ?

Ah, et pour ceux qui ne suivent pas, voici un extrait dudit album en vidéo.


Le calendrier des chansons.

7 septembre 2014

Sur le chemin du retour

Le photographe - guibert - Lefèvre - Lemercier Bon, voilà, quelques jours après avoir achevé la lecture de “Les ignorants”, j’ai emprunté un des ouvrages conseillés (ceux que je n’ai pas encore lus, et il y en a pas mal) dans cette BD : il s’agit de “Le photographe” par Guibert / Lefèvre / Lemercier, une nouvelle fois une BD documentaire relatant la 1ère expédition du photographe Didier Lefèvre au côté d’une équipe de Médecins Sans Frontières en Afghanistan durant le conflit avec l’Union Soviétique.

Autant le dire de suite, j’ai dévoré les 3 tomes et regardé en suivant le DVD inclus dans le dernier. Le récit a ceci de particulier qu’aux dessins se mêlent les photos prises par le photographe tout au long de l’opération.
Le 1er tome décrit le trajet aller en caravane d’une centaine d’hommes et d’autant d’ânes lourdement chargés, et d’une vingtaine de chevaux ; pour éviter les zones contrôlées par les soviétiques, il faut traverser la frontière du Pakistan à l’Afghanistan par la montagne, avec passage de nombreux cols au-dessus de 5000m ; le trajet dure près de 3 mois.
Le second montre les conditions d’intervention médicale en zone de conflit sans équipement hospitalier, avec juste les médicaments acheminés et des médecins / infirmiers-ères extraordinaires. Les images sont dures (encore plus dans la vidéo).
Le 3e et dernier tome relate le retour du photographe seul : il choisit sur le chemin du retour de partir en effectif réduit, pas dans une caravane pour, pense-t-il, arriver plus tôt. Mal lui en prend, car il sera confronté à tant de difficultés - à la limite d’y perdrez la vie - qu’il n’arrivera qu’un jour avant la caravane (qui elle avait fait un détour d’une semaine).

Autant dire qu’on ne ressort pas indemne à la lecture de cette BD : la nuit suivante peut être un brin tourmentée… Et on est étonné d’avoir (presque) envie de découvrir ce genre d’aventure par nous-même, de rencontrer une autre culture, des personnes aux préoccupations autrement moins futiles qu’en occident, etc.

PS : j’ai du mal à exprimer mon ressenti face à cette BD, une raison de plus pour vous en faire une idée en la lisant !


Découvrir d’autres chansons à prise rapide.

1 septembre 2014

Je m’voyais déjà

Ahah, en haut de l’affiche… des rêves de gloire et d’Olympia… never say never.

Oui, mais bon, faut pas délirer non plus, maintenant plus de carrière sans plan com’, attaché(e) de presse, tourneur, agent/manager, ou des compromissions avec des entités détestables comme la SACEM. Ah tiens, j’ai un billet en souffrance depuis des plombes, au moment où j’ai démissionné de cette institution vénérable pourrie.

Allez, on s’en fout, ne pas perdre de vue l’essentiel, ce qu’on ne pourra jamais faire taire : prendre plaisir à créer, libérer ses démons intérieurs.


Le calendrier des chansons. Ce mois-ci, si vous aviez un doute : Charles Aznavour.

- page 1 de 59